Artemisia Annua +d’info

L’Artemisia annua dont on extrait l’artémisine, une molécule connue depuis plus de 2.000 ans et redécouverte en 1972 pour lutter contre le paludisme, la maladie de Lyme, mais aussi le cancer.

Henry Lai et Narendra Singh, de l’université de Washington, ont mis en évidence l’efficacité du médicament contre des cellules cancéreuses. Les résultats sont incroyablement optimistes. Dans la revue Life Sciences, les chercheurs décrivent comment l’artémisine tue toutes les cellules d’un cancer du sein en seize heures. « Non seulement le médicament est efficace mais il est très sélectif, déclare Henry Lai. Il est hautement toxique pour les cellules cancéreuses mais a un impact minimal sur les cellules normales. »
Utilisée depuis 30 ans contre le Plasmodium de la malaria, l’artémisine réagit avec les ions métalliques présents en forte concentration dans le parasite. Très actives, les cellules cancéreuses possèdent également beaucoup de récepteurs membranaires permettant d’augmenter la concentration en ions métalliques à l’intérieur de la cellule.
Les chercheurs ont donc eu l’idée d’utiliser l’artémisine pour tuer ces cellules malades. Les résultats déjà impressionnant contre le cancer du sein semblent encore plus positifs contre la leucémie puisque, dans ce cas, toutes les cellules anormales meurent en huit heures. « Ce sont des cellules cancéreuses parmi les plus concentrées en ions métalliques », explique Henry Lai qui poursuit, “Il est fascinant de penser que cette plante est utilisée par la médecine traditionnelle chinoise depuis deux mille ans, nous lui avons simplement trouvé une nouvelle application.
Nous avons trop souvent tendance à sous-estimer l’extraordinaire potentiel thérapeutique des plantes dans la lutte contre le cancer mais il ne faut pas oublier que la nature a eu le temps, depuis des millions d’années de développer des mécanismes d’actions très sophistiqués contre les tumeurs.”

L’artemisia annua est une plante médicinale contre le paludisme.
Cette plante, connue en Chine depuis plus de 2000 ans, est entrée dans l’histoire du siècle dernier lorsque, pendant la guerre du Vietnam (1959-1975), les Vietcong ont réussi à se soigner avec cette plante contre le Paludisme.
Pour prévenir le paludisme, la prise des gélules commence une semaine avant le voyage. Continuez la prise pendant le voyage. Au retour, si aucune fièvre n’est apparue après 15 jours, vous pouvez arrêter le traitement. Si vous avez de la fièvre ou d’autres signes de paludisme, allez voir votre médecin mais n’arrêtez pas le traitement.
Posologie : 2 x 2 gélules par jour, matin et midi.

– Gélules 100% végétales
– Adapté à une alimentation végétarienne
– Végétalien, vegan
– Casher et Halal
– Cru
– Sans gluten
– Sans lactose
– Sans cholestérol
– Sans noix
– Sans soja
– Convient aux personnes allergiques
– Sans sucre ajouté et sans sel
– Sans gélatine
– Sans arômes ni colorants
– Sans conservateur
– Sans nitrate
– Sans pétrochimie
– Sans OGM
– Sans traitement ionisant
– Obtenue par des procédés mécaniques non polluants
– Non irradiée
– Sans nanoparticules
– Non testées sur les animaux